La Rétrospective 2017 consacré à Jacques Tourneur

© Collection Cinémathèque suisse. Tous droits réservés - A scene of the film I Walked with a Zombie (1943)

La Rétrospective du 70e Locarno Festival sera consacrée au réalisateur français Jacques Tourneur (1904 – 1977). Faisant retour au dialogue que le Festival entretient avec le grand cinéma américain, la Rétrospective 2017 s’intéressera à un réalisateur qui n’est encore pas reconnu à la hauteur de son talent. Tourneur a souvent tourné des films de série « B », des films qui nous semblent aujourd’hui plus incisifs, plus visionnaires et plus actuels que leurs aînés. Car le réalisateur a toujours su mêler dans son travail l’imaginaire puissant des récits de genre et une poésie visuelle unique, héritée sans doute de sa double identité, européenne et américaine. 
La Rétrospective se déroulera dans le cinéma historique de Locarno, entièrement restauré et rebaptisé le GranRex, qui dévoilera son nouvel aménagement à l’occasion de la 70e édition du Festival.

Jacques Tourneur est né à Paris en 1904. Son père, le réalisateur Maurice Tourneur, est l’un des pionniers du cinéma français. Après ses premiers films, Maurice quitte la France à la veille de la Première Guerre mondiale pour les États-Unis, où il devient un cinéaste confirmé, dont les films sont appréciés du public. La famille rentre au pays en 1928, et Jacques fait ses premiers pas derrière la caméra en 1931 avec Tout ça ne vaut pas l'amour. Il tourne trois autres longs métrages puis décide de repartir pour les États-Unis. Sa rencontre avec le producteur Val Lewton à la RKO va donner vie à l’une des collaborations les plus fructueuses de l’histoire du cinéma: ensemble, ils travaillent sur des films fascinants et sombres, considérés aujourd’hui comme des pierres angulaires du cinéma: La Féline (1942), L’Homme Léopard (1943), Vaudou (1943).

Tourneur ne se résume toutefois pas à ces films, à juste titre renommés; la redécouverte de son œuvre, dans les années 1970, a permis de mettre en lumière un auteur à part entière, qui a su s’exprimer dans les genres les plus variés : des films policiers (Nick Carter, Master Detective) au western (Le passage du canyon, L’or et l’amour), des films de cape et d’épée (La flibustière des Antilles, La flèche et le flambeau), à ceux de guerre et d’espionnage (Berlin Express, Jours de gloire), du mélodrame (Angoisse, La vie facile), au film d’aventure (Les révoltés de la Claire-Louise, La Cité sous la mer), sans oublier le film noir (Nightfall, La griffe du passé).

Carlo Chatrian, Directeur artistique du Locarno Festival: « Le nom de Tourneur est connu des passionnés du 7e art et certains de ses films figurent même au rang des œuvres inoubliables de la grande saison du cinéma américain de l’après-guerre; il n’en va pas de même pour l’ensemble de son œuvre qui est néanmoins de très grande qualité. Cette Rétrospective, organisée avec les plus importantes et prestigieuses institutions, que je remercie ici, sera l’occasion pour les nouvelles générations de comprendre la force d’une œuvre cinématographique qui privilégie les choix visuels plus que les mots, qui trouve dans les cadrages, les mouvements de caméra, l’utilisation de la lumière, du son et des couleurs des instruments d’expression essentiels. Considéré comme le maître du cinéma fantastique, Tourneur a toujours cherché à aller au-delà du visible, en représentant les sentiments profonds qui jaillissent derrière la superficialité des choses. C’est pourquoi ses films ont résisté au temps et sont une source d’inspiration pour tant de cinéastes. »

La Rétrospective, conçue par Roberto Turigliatto et Rinaldo Censi, se prévaut de la précieuse collaboration de la Cinémathèque suisse et de la Cinémathèque française; elle sera accompagnée par un ouvrage publié en anglais et en français par la maison d’édition Capricci.

Pour Frédéric Maire, Directeur de la Cinémathèque suisse: «Tourneur est un de ces grands maîtres resté en grand partie dans l’ombre, comme si ce génie de la nuit, du mystère et de la suggestion s’était effacé entre la France et les Etats-Unis. Cette Rétrospective permettra heureusement de le remettre dans la lumière.» 

Frédéric Bonnaud, Directeur de la Cinémathèque française : «La Rétrospective de l’œuvre de Jacques Tourneur sera ensuite programmée à la Cinémathèque française à partir du 30 août. Elle comprendra l’ensemble des longs métrages et une partie significative des courts métrages et des travaux pour la télévision réalisés par l’auteur de Cat People. Des conférences seront par ailleurs organisées et certains films feront l’objet d’une présentation dans la perspective de mieux faire connaitre celui qui a poussé l’art de la suggestion et de la maîtrise invisible jusqu’à un certain degré de perfection.» 

Le projet inclut aussi d’autres institutions suisses et étrangères prestigieuses; elles permettront à la Rétrospective sur Jacques Tourneur de voyager jusqu’en 2018. Certaines institutions ont déjà confirmé leur participation: ainsi, la Rétrospective sera accueillie, en Suisse, par la Cinémathèque suisse de Lausanne, le Filmpodium de Zurich, le Kino REX de Bern et Les Cinémas du Grütli à Genève; en France, par la Cinémathèque française; en Italie par le musée du Cinéma de Turin; et aux États-Unis par la Film Society du Lincoln Center de New York et la National Gallery of Art de Washington.

La 70e édition du Locarno Festival commencera par une série d’initiatives siglées #Locarno70 dès le mois de février pour culminer pendant la manifestation estivale, qui se tiendra 2 au 12 août 2017.

Liens utiles

Follow us


© Locarno Festival
Impressum & Disclaimer